Développement affectif et social des tout-petits


Se faire des amis, partager et bien jouer avec les autres

Comment pouvons-nous aider nos tout-petits à se faire des amis, à partager, à bien jouer et à prendre soin des autres? Est-ce seulement possible? Voici quelques conseils.

D'un coup d'œil

  • Lorsque les tout-petits sont frustrés, restez calmes et essayez de les distraire
  • Jouer avec les autres les aidera à leur enseigner des compétences sociales clés
  • Parlez de «tour à tour» plutôt que de partage

Lorsque votre bébé s'est regardé dans le miroir, il n'a vu qu'un autre visage humain qui le regardait. Mais maintenant, ils sont un tout-petit, ils se regardent dans le miroir et se voient. Ils savent qu'ils sont une personne distincte avec leur propre nom, leurs propres goûts et dégoûts et leurs propres sentiments.

C'est le début d'un long voyage vers une personne heureuse et bien ajustée qui peut se faire des amis, prendre soin des autres, partager, résoudre les conflits et contrôler ses émotions.

(Pour être honnête, nous pouvons probablement tous penser à des adultes qui sont encore sur la courbe d'apprentissage.)

Voici comment nous pouvons vous aider:

Gérer les sautes d'humeur

Les tout-petits n'ont pas encore appris à contrôler leurs émotions, et les sautes d'humeur peuvent être d'une rapidité et d'une intensité alarmantes. Mais ils sont aussi – heureusement – de courte durée, passant de crier de frustration à sourire et à jouer en quelques secondes. Rester calme, les aider à trouver la source de la frustration et utiliser des techniques de distraction («oh regarde, une feuille rouge!») Les aideront. Mais ne vous attendez pas à des miracles – de nombreux enfants de cinq ans ont encore du mal à contrôler leurs émotions.

Trouver des amis

Jouer avec les autres aidera à leur enseigner des compétences sociales clés telles que la façon d'être gentil, de partager et de résoudre les conflits. Lors de l'organisation de rencontres avec des tout-petits, les mamans expérimentées conseillent de le garder à deux, de le planifier après une sieste, de le limiter à deux heures et de cacher tous les jouets particulièrement spéciaux sur lesquels ils ne voudront pas que leur invité dribble.

Cependant, il est trop tôt pour s’attendre à ce qu’ils jouent ensemble: jusqu’à environ deux ans et demi, ils sont plus susceptibles de jouer côte à côte (les psychologues appellent ce «jeu parallèle») ou peut-être de s’ignorer complètement. Ce n'est que lorsqu'ils approchent de trois ans qu'ils commenceront à jouer directement avec un autre enfant.

Les aider à partager

Franchement, cela ne va tout simplement pas se produire. Le partage est un concept difficile à saisir – après tout, ils viennent juste de réaliser qu'ils ont tous ces jolis nouveaux jouets avec lesquels jouer, alors pourquoi les donner à quelqu'un d'autre?

Il peut être tentant d'intervenir sur une date de jeu quand ils se disputent un jouet et insistent pour partager, mais ils ne comprendront pas encore. Mieux – si vous le pouvez – de prendre du recul et de les laisser résoudre eux-mêmes une rangée. Souvent, l'enfant perdant s'en va simplement et trouve autre chose avec laquelle jouer (ce qui incite généralement le gagnant à laisser tomber le jouet prisé et à partir après le nouveau!).

Il peut être utile de parler de «tour à tour» plutôt que de partage. Fixez une limite de temps pour jouer avec un jouet avant le tour de son camarade de jeu (utilisez une minuterie de cuisine pour le rappeler – et vous). Aidez-les à s'impliquer dans quelque chose d'autre en attendant.

À la maison, vous pouvez doucement enseigner l'art du partage en jouant à des jeux à tour de rôle avec votre tout-petit (jouer à la capture et dire «mon» tour, «votre tour», etc.) et partager de la nourriture (à tour de rôle pour prendre une bouchée de un biscuit / banane).

Traiter avec les groupes de tout-petits

Certains bambins ont hâte de sortir et d’explorer, avec à peine un regard en arrière.

Les autres resteront collés à vos côtés en pleurant au moindre bruit et vous vous demanderez pourquoi vous avez pris la peine de sortir.

La plupart des tout-petits ont besoin d'un peu de temps pour s'habituer à une nouvelle situation sociale et resteront près de vous et regarderont avant de participer. Souvent, ils partent quelques instants puis reviennent pour prendre contact et se rassurer avant de repartir. C'est tout à fait normal.

Si votre tout-petit est inquiet des situations sociales, commencez par un petit groupe calme sans trop de choses et continuez à partir de là. Acceptez que les deux premières fois, ils ne vous quittent pas du tout, mais continuez d'essayer. Quand ils franchissent le pas et partent et jouent, assurez-vous qu'ils peuvent toujours vous voir et félicitez-les lorsqu'ils reviennent sur la «base tactile».

Soyez patient – ils y arriveront finalement.

Développer l'empathie

Comprendre que d'autres personnes ont aussi des sentiments est un concept difficile à comprendre pour un tout-petit, car il vient juste de se familiariser avec l'idée de «moi» et de «mienne».

La plupart ne comprendront pas que les autres ont leurs propres pensées et sentiments avant l'âge de deux ans environ, et leur sentiment d'empathie se développe lentement sur plusieurs années.

Nous pouvons aider en parlant à nos tout-petits de la gentillesse, en montrant de la sympathie et des soins lorsque les nounours «se blessent», en jouant à des jeux de rôle avec les médecins / infirmières et en leur parlant des sentiments des autres s'ils ont blessé ou dérangé un autre enfant.

Vous pouvez en savoir plus sur le développement de votre tout-petit avec notre tableau des jalons.